Episode 16 de la Ronde du Ried et certainement clap de fin.

C’est à Hindisheim que les protagonistes avaient RDV pour cette 16 ème édition de la Ronde du Ried. Le lieu de départ n’a pas changé depuis 7 ans et le garage nous ouvrait une fois de plus ses portes pour l’accueil. Cette année qui devait être vingt sur vingt a finalement été perturbée par ce fichu Covid. Report et annulation voilà ce que nous avons tous vu cette année. Mais nous, irréductibles Gaulois avons tout de même réussi à offrir aux amateurs de mécaniques plus ou moins anciennes ce petit après-midi récréatif en respectant bien sûr les gestes barrières. On devinait les sourires derrière les masques, la bonne humeur était au RDV, et comme à l’AGCVB nous sommes copains avec l’Olympe, les vannes célestes se fermaient en début d’après-midi, Râ pouvait nous arroser de quelques rayons bienvenus.

Chacun avait hâte de pouvoir se dégourdir les neurones pour les copilotes, et jouer du volant pour les pilotes. A 14h45 la caravane s’ébranlait dans un beau désordre !!! Pour éviter un trop gros regroupement nous avions donné à chaque équipage le premier élément du puzzle, à savoir un fléché Allemand à tracer sur une carte dédiée. Tout le monde se mit à l’œuvre à bord des voitures et démarrait lorsque le tracé était effectué.

Suivait une carte boule flèche sans grande difficulté ou la majorité des concurrents passaient le coude à la portière. La carte frontière suivante devait nous permettre de commencer à hiérarchiser le classement. C’était sans compter sur les inévitables grains de sable qui viennent perturber le système, un Jacques Martin comme contrôleur ainsi qu’un panneau CP mal disposé, et finalement la grosse majorité des protagonistes ressortait à nouveau vierge de pénalité.

La caravane s’en alla rejoindre la montagne pour une escalade rapide, quelques cases mélangées et autres fléchés complets ajoutaient du piment au jeu, et un début de classement pointait le bout du nez.

La pause casse-croute nous tendait les bras dans la vallée opposée, accueil chez un collectionneur de tracteur, chacun pouvait à sa guise se sustenter et visiter cet endroit magnifique qui prouve à tous que la passion peut déplacer des montagnes. Une bonne trentaine de tracteurs alignés comme à la parade avec une majorité d’engins totalement restaurés, le tôlier himself se faisant un plaisir d’explications plus ou moins techniques et historiques sur le pourquoi du comment.

Il ne restait plus qu’une petite trentaine de kms avant l’arrivée, mais toujours quelques subtilités dans la zone test qui fut fort appréciée cette année.

Comme le parcours initial avait été amputé de beaucoup de kms suite aux travaux qui ont fleuri partout en cette fin d’année (encore le Covid), c’est finalement en tout début de soirée que les premières voitures pointaient au CH d’arrivée.

Paradoxalement cette année, le clan des Toubon certainement trop content de pourvoir rouler à nouveau se fourvoyait dans une multitude de petites erreurs de débutant, la palme, sans me moquer revenant à Laetitia et Fred peut être tellement heureux de profiter de leur magnifique Renault 5 Turbo 2. En effet le piège était situé dans la rue où habite la maman de Fred cent mètres avant l’arrivée, sans ce CP loupé le podium était accessible, comme quoi, jouer à domicile n’est pas toujours gage de réussite.

Robert et Sylvie à bord de leur BMW 2002 loupent également le dernier CP, dommage car la feuille de route était vierge avant cette bévue.

Autre bourde, le copain Jean François en 2CV off cours, il a zappé totalement la boucle dans Grendelbruch et pensait que le km de la case suivante était erroné. Le panneau A310 placé sur un parking fut la source de nombreuse discutions, vu pas vu !!!! pourtant le panneau était bien présent.

La déroute des Toubon aurait pu faire le bonheur des outsiders des années précédentes, mais cette année ils étaient affutés car 4 voitures passent à 0, départagées par la zone test et là encore les trois premiers sont dans un mouchoir de poche, la coccinelle de Laetitia et Martial perd le podium avec un test plus que loupé.

On trouve sur le podium:

à la première place deux Sylvie à bord d’une 106 XSI venues de Montbéliard,

deuxième, des habitués, Pierre et Andréa à bord d’une Opel Manta,

troisième, l’inusable Golf GTI des frangins Eric et Martial qui je l’espère pourront à nouveau organiser leur Ronde des Chevandier, rallye qui en général ouvre la saison du TRACE.

Un grand merci à tous pour votre rigueur et votre joie communicative, merci également aux contrôleurs qui volent d’un endroit à l’autre, et qui cette année se sont également sacrifiés pour laisser les places au restaurant, merci également à l’équipe du restaurant toujours aussi efficace.

RDV donc en 2021 pour le Critérium Amédée Gordini. Croisons les doigts pour que COVID prenne quelques vacances sur une planète desserte. Ce serait top, il a fait assez de dégât comme ça. 

@ bientôt l’ AGCVB

corrigé 1

corrigé 2

corrigé 3